Once in Your Life

La nostalgie des possibles. Le grand huit des opportunités. Qu’est-ce qui souffle autant de vent sous nos semelles? Qui a mis des punaises sur notre chaise et nous pousse à nous lever et à bouger en tout sens, encore et encore? Il est le loin le temps où tu n’osais parler à personne au Pigeonnier, hein ? Maintenant, il te faudrait une heure tous les matins pour saluer tout le monde. Parce qu’il y a tant à dire, tant à souhaiter, à échanger, avec chacun.

Comme une puce enragée, ça te saute à la figure à l’improviste : c’est un peu devenu chez toi et ça t’effraie autant que ça ne te rassure. Est-ce que j’y resterai toute ma vie ? 

Connaître les rouages, là où les engrenages frottent et se grippent, là où il faut transpirer pour un salaire de misère, là où l’arrogance de certains se noie dans le mépris des autres. Tu te disais tout le temps ce n’est que temporaire. A t’imaginer ailleurs, devant un tableau noir, dans les rayonnages d’une bibliothèque, ou bien dans les collections d’un musée, tu t’es enlisée sans t’en rendre compte. Argent vital, punition, passage obligé, expérience, validation des acquis inconsciemment engrangés, tu pourrais décrire ton temps ici de mille et une manière, et tout aussi serait vrai que faux.

Tu te plains de la fatigue, mais tu aimes ça, l’adrénaline qui monte quand les sollicitations surgissent de toute part. Tu dis que tu ne supporteras pas ça toute ta vie, mais est-ce que vraiment, là maintenant, tu t’imagines ailleurs? Bien sur, tu sens des ailes te gratter dans le dos. Le vent sous les semelles. Les possibles un peu plus en relief. Tu prends de l’envergure, et même si ça t’ennuie de l’admettre – comme si tu prononçais un gros mot-  peut-être bien que oui, tu en as, de l’ambition. Oh pas l’ambition de bousculer des montagnes et de gravir des échelons vains, non. Juste envie de voler de tes propres ailes, voir ce que ça fait, d’être responsable. Parce que oui, ça te plaît, le travail en équipe, la coordination, la mise en place de projets, le suivi, la formation de tes collègues… tu les sens, les possibles qui grandissent en toi? Çà chatouille un peu les pieds, ça gratte la gorge, ça te fait lever les yeux au ciel quand ta Grand Duc montre l’étendue de ses limites.

T’as toujours aimé ça, apprendre. C’est ça qui t’a menée ici, c’est ça qui t’emmènera ailleurs.

La conviction des possibles.

(6/365)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s