The Sun Has Turn to Black

La curiosité est un vilain défaut.

Comme un chat qui s’approche trop près de la casserole sur le feu, je me suis brûlée les moustaches. A croire que je le fais exprès. Quelle part a l’inconscient là-dedans, dis moi? Fallait-il que je confirme les angoisses latentes qui me pourrissent mes nuits ces derniers temps? Fallait-il que je jette du sel sur une plaie qui ne cicatrise pas, malgré tout ce temps passé? Cette colère sourde, griffue, qui me dévore, encore, toujours

La marque que je n’ai pas tant changé que je le pensais, que ce qui m’arrive au travail pourrait m’arriver de nouveau à la maison. Pourquoi suis-je incapable de me barricader contre les nuisibles? Je fanfaronne qu’on ne m’y reprendra plus : ah ça non! La leçon est apprise!

Balivernes, oui.

La curiosité peut être un bien vilain défaut. Mais comment pouvais-je m’attendre à le retrouver au détour des mes lectures quotidiennes? De lien en lien, les soupçons, puis la certitude, puis le haut-le-cœur.

Douche froide.

Il en reste, du chemin à parcourir, pour que tout glisse sur mes plumes.

Un pas après l’autre.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s